Petit déjeuner du 6 septembre 2018 – Investissement durable et empreinte carbone


Tendance irréversible. Les grands fonds ont commencé à mettre de la pression sur les gestionnaires de portefeuille. Ces derniers accordent une importance accrue au changement climatique dans l’attribution de leur capital. Les entreprises doivent donc réagir et mettre en place les procédures pour identifier, calculer et réduire leur empreinte carbone. 

Agir autrement pourrait être néfaste pour l’entreprise et avoir un impact négatif sur l’attrait de ses actions. Heureusement, les grandes institutions sont toutes enclin à dialoguer et échanger avec les directions d’entreprises pour les appuyer dans leur transition vers cette nouvelle réalité. Il est de l’intérêt de tous les partis concernés de travailler ensemble vers un objectif commun.

C’est devant une salle comble que Kim Thomassin première vice-présidente, affaires juridiques et secrétariat, Caisse de dépôt et placement du Québec et Valérie Cecchini, vice-présidente, gestionnaire de portefeuille, Placements Mackenzie, nos deux panélistes, ont partagé leur vue et celle de leur institution respective avec l’auditoire. 

Merci au deux panélistes et à tous ceux présents!